Canadian Medical Hall of Fame

Le 28 juillet 2016
Journée mondiale contre l’hépatite

Travailler ensemble pour faire entendre les voix
des 400 millions de personnes qui vivent avec l’hépatite

 

#PrévenirLHépatite

Le Temple de la renommée médicale canadienne

 ... reconnaît et célèbre les héros canadiens dont le travail a fait progresser la santé et a ainsi inspiré des carrières en sciences de la santé.

Le Temple       Appuyez-nous

Plus que quiconque, le professeur Bliss a voulu préserver et commémorer l’héritage des premiers lauréats du prix Nobel du Canada, dont la découverte a permis de soulager la souffrance de millions de personnes tout en éclairant les réalisations intellectuelles d’une nation émergente. Lorsqu’il relate cette formidable histoire, le professeur Bliss prend soin de souligner les contributions des collaborateurs du Dr Banting : J. J. R. MacLeod, C. H. Best et J. B. Collip. Son analyse historique est caractérisée par le fait qu’il parvient à exprimer tout l’héroïsme de la découverte de l’insuline tout en reconnaissant les limites et les complexités humaines des grands hommes qui ont participé à cette réalisation.L’œuvre considérable du professeur Bliss inclut également Montréal au temps du fléau : L'histoire de l'épidémie de 1885(1991), Harvey Cushing: A Life in Surgery (1999) et la biographie de référence William Osler: A Life in Medicine (2005), une analyse classique de ce médecin canadien légendaire, également l’un des pères fondateurs de la médecine moderne. Grâce à ses reconstitutions expertes et bien documentées de l’histoire de la médecine, le professeur Bliss permet aux lecteurs non initiés comme aux lecteurs avisés de mieux apprécier les réalisations médicales et de mieux comprendre le contexte et les conditions dans lesquelles elles se sont produites. Le monde de la découverte scientifique et de l’art de la guérison devient aussi réel et captivant qu’un phénomène profondément humain peut l’être.Le professeur Bliss a consacré une grande partie de sa vie à écrire, à donner des cours et à enseigner, atteignant ainsi un vaste public de femmes et d’hommes désireux d’en savoir plus sur les grandes réalisations de la science médicale dont nous bénéficions aujourd’hui. Son travail contribue à faire de ces accomplissements des souvenirs durables et à bâtir un monde fondé sur l’application éclairée de la science médicale au profit des générations futures.
2016 Intronisé
La Dre Cohen a reçu de nombreuses distinctions, y compris le Prix Ortho pour la promotion de la santé des femmes de la Fédération des femmes médecins du Canada, le Prix du Gouverneur général et le Prix de développement du leadership de l’American Association of Medical Colleges. Elle a également reçu le titre honorifique de membre à vie de l’Association médicale canadienne (AMC), qui lui a aussi décerné sa prestigieuse Médaille de service.Les nombreuses distinctions qui portent son nom sont une autre mesure de la contribution de la Dre Cohen à la médecine. La Chaire annuelle Eli-Lilly–May-Cohen en santé des femmes de l’Université McMaster a été créée en 2002 et elle s’ajoute au Prix May-Cohen de l’AMC pour femmes mentores et au Prix May-Cohen pour l’équité, la diversité et le genre de l’Association des facultés de médecine du Canada.Obtenir la reconnaissance institutionnelle des enjeux liés à la santé des femmes a eu un effet transformateur sur l’expérience éducative de tous les étudiants en sciences de la santé, tant les hommes que les femmes, et a amélioré le statut des femmes dans l’exercice de la médecine et dans les facultés de médecine, partout en Ontario et au Canada. La longue carrière de la Dre Cohen a été déterminante pour l’avancement d’un traitement éclairé des femmes dans des domaines allant du cancer du sein à la violence conjugale. Si nous tenons aujourd’hui ces réalisations presque pour acquises, c’est parce que des pionnières courageuses comme la Dre Cohen ont d’abord surmonté d’immenses obstacles et sensibilisé la pratique de la médecine à une appréciation plus approfondie des besoins des femmes.
2016 Intronisé
Entré à la Faculté de médecine de l’Université McMaster en 1983, le Dr Guyatt a apporté, au cours des 30 années suivantes, des contributions révolutionnaires à la mesure de la qualité de vie associée à la santé. À titre de directeur du programme de résidence en médecine interne de 1990 à 1997, il a piloté l’élaboration initiale du concept de la médecine factuelle, puis la constitution d’un groupe international qui a poursuivi le développement de ce concept dans des articles marquants parus dans le Journal of the American Medical Association. Sa série de plus de 35 articles – les « Users Guides to the Medical Litterature » – a servi de base à des programmes d’études en médecine factuelle dans des facultés de médecine et des programmes de résidence au pays et à travers le monde, faisant du Canada un chef de file reconnu dans ce domaine.L’aisance exceptionnelle avec laquelle le Dr Guyatt est capable de résumer un ensemble de preuves de manière succincte et informative lui a permis de jouer un rôle déterminant dans l’élaboration de l’approche GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation), maintenant adoptée par plus de 90 organisations dans le monde entier. Le Dr Guyatt est maintenant l’un des chercheurs les plus cités du Canada, avec plus d’un millier de publications. Il se démarque par sa vaste et profonde influence en tant que chercheur, théoricien, éducateur et mentor. Ses publications exceptionnellement nombreuses, souvent citées et toujours aussi pertinentes, ont contribué à forger une pratique médicale rationnelle et efficace au service des patients en tant que personnes ayant des besoins individuels et vivant des situations différentes.Les réalisations du Dr Guyatt ont contribué à faire en sorte que les progrès de la science médicale puissent continuer de favoriser et d’améliorer la qualité de vie des patients partout au Canada et dans le monde entier.
2016 Intronisé
Coauteur de plus de 300 publications scientifiques touchant divers domaines médicaux et directeur fondateur des nouveaux Instituts de recherche en santé du Canada, le Dr Naylor a travaillé inlassablement à l’amélioration de l’envergure, du financement et de l’organisation de la recherche en santé au Canada. Principal responsable de l’enquête nationale sur la réponse du Canada à l’épidémie de SRAS (2003), le Dr Naylor a joué un rôle fondamental dans la création de l’Agence de la santé publique du Canada, qui a mené à la nomination du premier administrateur en chef de la santé publique au Canada. Plus récemment, en tant que représentant du Canada, le Dr Naylor a corédigé le rapport d’influence internationale de la Commission mondiale sur la formation des professionnels de la santé du 21e siècle et il a été nommé président du Groupe consultatif national sur l’innovation des soins de santé par le gouvernement.Récipiendaire de nombreuses distinctions, dont l’Ordre du Canada, le Dr Naylor s’est servi de son influence dans ses fonctions nombreuses et variées pour promouvoir la recherche médicale au Canada et améliorer son application au sein des établissements de santé. Il a joué un rôle indispensable dans la conciliation entre les obligations du gouvernement et la prestation de soins médicaux fondés sur de rigoureuses données de recherche.Les diverses contributions du Dr Naylor à titre de médecin chercheur, d’éducateur et d’administrateur ainsi que son puissant plaidoyer pour l’excellence dans la prestation des services de santé ont mené à une amélioration et à un renforcement des soins de santé à l’échelle nationale et internationale. Son travail a permis de surmonter des difficultés associées à la prestation globale des services de santé dans un contexte mondial et a fait progresser considérablement la cause de la science médicale dans les services offerts aux Canadiens et à la communauté internationale.
2016 Intronisé
Plus tard, le Dr Tupper a occupé des postes de leadership dans la ville grandissante de Halifax où il fut médecin hygiéniste, membre du personnel chirurgical des hôpitaux de la ville et de la province et président de la Société médicale de la Nouvelle-Écosse. Se tournant ensuite vers la politique, il fut élu à l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse en 1855 et devint le premier ministre provincial, poste qu’il occupa de 1864 à 1867. En dépit d’une puissante opposition, il participa à l’adoption de la Loi sur l’enseignement gratuit et fit entrer la Nouvelle-Écosse dans la Confédération. Président fondateur de l’Association médicale canadienne en 1867, il siégea pendant trois mandats consécutifs. Il fut aussi président du comité responsable de la création de la Faculté de médecine de l’Université Dalhousie.Aujourd’hui, 200 ans après le décès du Dr Tupper, la science et la pratique de la médecine ont progressé à des niveaux bien au-delà de ce qu’auraient pu imaginer les médecins de l’époque, qui travaillaient dans des conditions primitives sans éclairage électrique, sans technologie diagnostique fiable et parfois même en l’absence de ressources aussi essentielles que des traitements efficaces contre la douleur et les infections. Et pourtant, le travail des premiers pionniers de la médecine comme le Dr Tupper a contribué à jeter les bases des institutions qui soutiennent aujourd’hui le progrès scientifique.Durant sa longue carrière de ministre au sein du Cabinet fédéral, le Dr Tupper est toujours demeuré médecin et il était connu qu’il gardait sa mallette de médecin sous son siège à la Chambre des communes. Dans son cas, pendant son mandat  comme « bras droit » de Sir John A. McDonald, on peut vraiment dire qu’il a été « médecin en chambre ».
2016 Intronisé
Le Dr Wainberg personnifie à la fois l’excellence scientifique et la conscience sociale, dans une perspective mondiale. Il est reconnu pour ses recherches et ses collaborations qui ont contribué à sauver des millions de vies dans le monde entier. Actuellement directeur du Centre sur le sida de l’Université McGill à l’Hôpital général juif, il a révolutionné notre compréhension du VIH-sida tant sur le plan médical, qu’épidémiologique et politique. Le Dr Wainberg est reconnu pour sa participation, en 1989, à l’identification initiale essentielle de la lamivudine (3TC), un médicament antiviral qui est maintenant l’un des plus largement utilisés dans le traitement du VIH. Alors qu’il présidait la Société internationale du sida en 2000, il a obtenu que la XIIIe Conférence internationale sur le sida soit tenue à Durban, en Afrique du Sud, attirant une attention internationale sans précédent sur le manque d’accès aux médicaments contre le VIH dans les pays en voie de développement, un problème qui existe toujours et pose un défi important pour contenir les ravages de cette cruelle maladie. Plus récemment, le Dr Wainberg s’est tourné vers la recherche d’un traitement définitif contre l’infection par le VIH en se basant sur la possibilité que le VIH puisse ne pas devenir résistant à certains nouveaux composés qui bloquent la réplication virale.La lutte contre le sida se poursuit à travers le monde. La capacité de la médecine moderne à comprendre des crises de cette envergure et à y répondre, tant sur le plan scientifique que politique, est essentielle à la pérennité de notre civilisation mondiale en développement. Le Dr Wainberg, en collaboration avec ses collègues nationaux et internationaux, a devancé de façon significative le jour ou le sida pourra finalement être éradiqué. C’est avec cet espoir, partagé dans le monde entier, qu’il poursuit ses travaux profondément importants.
2016 Intronisé